< retour à la page précédente
< index nicolasguillot.com



COMPLEXE ASSOCIATIF MULTIFONCTIONS A ANTONY (92)



Architecte mandataire : AGENCE D´ARCHITECTURES NICOLAS C GUILLOT
J RANDY et C BONHOMME assistants
bureaux d´études structure - économiste - fluides : AIA
scénographe : Architecture et Technique
acousticien : ACOUPHEN
perspectives :AGENCE GUILLOT (J RANDY)



NO LIMIT !
Le terrain d’accueil du projet hérite d’une situation de rupture urbaine à l’interface d’un pavillonnaire enchanteresque et d’un quartier de tours dont le talus de la ligne de RER achève la césure territoriale. Face à cette situation symptomatique de la ville contemporaine, le complexe multifonctions reformule l’espace public et permet de retrouver un équilibre des constructions et des usages. Lieux de croisement et théâtre de l’activité humaine, elles témoignent de la vitalité du bâtiment et la mettent en scène face à l’espace public dont elles prolongent les déplacements. Le foisonnement des gens et des teintes, apparait comme une explosion de lumières et de mouvements, dénuée de son à l’extérieur, comme une sorte de « big bang » intérieur. Le projet est une oeuvre ouverte, appropriable, attirante, accueillante. Il rejette toute forme de monolithisme autoritaire. Il pacifie le lieu, les rapports entre les gens et propose une cohabitation apaisante. Par nature neutre et universel, il est image de la ville à ses quartiers et à l’extérieur. Il porte sa propre ambition universaliste tout en étant située.
Les accès aux différentes parties sont tous placés sur la façade principale et peuvent être associés au gré des manifestations qui utilisent tout ou partie de l’équipement.
Il est aisé de dissocier les activités (associations, spectacles, musiques actuelles) Les trois halls juxtaposés permettent de les faire fonctionner simultanément, séparément ou de les associer.
L’enveloppe attire vers les espaces intérieurs, suggère des directions et des choix possibles. Elle subit tous les états du plein opaque au complètement transparent. Elle est tendue à la limite, à l’équilibre des atmosphères intérieures et extérieures.
Sur la façade d’entrée, les vitrages sont clairs et placés en avant. Sur les côtés, les parties vitrées sont protégés par une double peau translucide qui progressivement laisse place à une partie pleine, en bardage minéral lisse et teinté en vert sombre.
Les espaces intérieurs perçus au travers du vitrage de la façade sont parfois vitrés, parfois pleins. La superposition des matières complexifie l’appréhension de l’édifice en exprimant la multiplicité des activités qui s’y tiennent. Ce foisonnement s’enrichit de la dynamique visuelle du déplacement des citadins. Les espaces sont disposés autour d’un espace central de service. Cette organisation s’enroule autour du foyer, lieu de convergence de toutes les activités, espace toute hauteur dont l’ouverture zénithale diffuse tel un phare par-dessus les toitures. Les possibilités d’utilisation de la grande salle sont multiples, nous avons cherché à éviter que la polyvalence ne s’exprime dans un espace neutre.
La fonction scénique fermée est plus accentuée vers les tribunes alors que celle de banquet, à l’opposé, s’ouvre sur le jardin privatif au travers d’une grande baie. La face longitudinale est dotée d’ouvertures variées protégées par une alternance de vitrages dépolis et de panneaux perforés. Cette façade, en configuration de spectacle est recouverte par une des cloisons mobiles, qui en assure l’occultation et la correction phonique par sa constitution en panneaux de bois perforés. L’ambiance intérieure est alors radicalement transformée.